Dernière lecture

NOS ACTUALITÉS

2084
POURQUOI L’ÉTAT JOUE AVEC VOTRE SANTÉ

Pierre MENETON (Inserm)
Éditions humenSciences / Humensis (www.humensciences.com)
ISBN : 978-2-3793-1522-0
(14,90€)

Un ouvrage d’actualité qui met en avant l’hypocrisie dont sait faire preuve l’État français envers son peuple, au travers de différents sujets ou évènements importants liés à la santé publique qui se sont déroulés à notre époque moderne.

L’auteur observe l’attitude duelle (immorale ?) par laquelle l’État expose ouvertement sa motivation : assurer le « bien être, physique et social » ou encore « la santé publique » (via le cadre législatif) tout en dissimulant sciemment les actions opportunes destinées à favoriser certains acteurs économiques (via le cadre réglementaire…) destinées à assurer des rentrées fiscales pour son bon fonctionnement ou, pire encore, liberticides à des fins de surveillance et de contrôle de la population.

La première moitié de l’ouvrage, Pierre Meneton nous emmène pour un voyage temporel et factuel, développé au travers de l’histoire économique du pays sur laquelle nous avons maintenant le recul des années (parfois plus d’un siècle !) pour analyser les actions (ou les inactions) de l’État lorsqu’il a du traiter des cas impactant sévèrement la santé publique et ainsi nous faire une idée des priorités qui peuvent régir les gouvernements successifs.

Dans un second temps, Pierre Meneton tient à exprimer son sentiment envers les systèmes étatiques et socio-économiques qui éprouvent des difficultés patentes à assumer leurs relations conflictuelles avec les différents acteurs sociaux, en opposition systémique évidente, mais également en opposition intra-individuelle dans une concurrence égotique permanente.

Cette responsabilité qui incombe à l’État de maintenir la cohésion dans cet environnement chaotique (entretenu ?) implique (justifie ?) de maitriser le contrôle et la surveillance de l’ensemble des parties prenantes, notamment à l’aide de ses fonctions régaliennes officielles tout restant au fait de l’évolution technologique.

Pierre Meneton, lance le lecteur sur une piste à explorer : quelle suite peut-on imaginer lorsque notre organisateur étatique a vécu deux siècles de développement sans discontinuité fonctionnelle et sans remise en cause de ses fondamentaux ?

1984 : Geoges Orwell (écrivain) – 2084 : Pierre Meneton (chercheur, Inserm)
État : Organisation institutionnelle administrative bicéphale (élus avec mandats temporels et fonctionnaires sans pression temporelle sur l’activité)

Nous serions en droit d’attendre, de l’État, le respect et la sauvegarde du bien commun. En lieu et place, il privatise les profits et mutualise les pertes.

Récemment, nous avons vu l’apparition de la manipulation des masses par la peur, sur le principe démontré par Edward Bernays dans son ouvrage « Propaganda » écrit en 1929.
Plus près de nous, Sygmunt Bauman dans « le présent liquide » (2007) nous explique que l’être humain souhaite par-dessus tout, protéger ses acquis, et donc, la peur de les perdre va le pousser à « assurer » son avenir.

Pierre Meneton nous offre ici les constats factuels du chercheur scientifique sur les positions de l’État face aux trop nombreuses problématiques (tabac, malbouffe, alcool, maladies cardio-vasculaires, cancers, drogue, diesel, les conditions de travail, les maladies professionnelles, les expositions au plomb, à l’amiante…et le virus SarsCov2). L’État veut notre bien. Un modèle éculé, bien huilé, et presque sans faille si ce n’est le temps, puisque les faits sont têtus et nous démontre les trous béants dans la raquette.

Bien souvent, le temps long profite aux élus qui ne sont plus en poste lorsque les problèmes émergent. De plus, ils sont souvent responsables mais rarement coupables. Quant à l’administration, elle est obéissante et irresponsable de fait statutairement. Par ailleurs, le « no skin in the game » (ne joue pas sa peau) est la marque de fabrique des grands commis de l’État formés, à juste titre, dans les établissements ad hoc (ENA, ENS, X Ponts…). Ils sont plus financiers et gestionnaires (réduction des coûts, respect des budgets alloués et reconduits…) sortis dans « la botte », qu’innovants et productifs ou visionnaires. Ce sont donc bien de véritables chefs administratifs (frein) mais ne seront jamais des chefs de guerre (accélérateur). L’équilibre pour atteindre un intérêt collectif est rompu.

La solution, qui devrait se trouver dans un juste milieu entre l’accélérateur et le frein, assurément, ne viendra pas de l’intérieur, vous l’avez compris : on ne change pas une équipe qui gagne.

Les lanceurs d’alerte sont régulièrement broyés et sacrifiés sur l’hôtel de la productivité. Les contre-pouvoirs sont inexistants ou muselés et la démocratie, qui était censée en être la gardienne, est devenue un joli mot. 1789 est un lointain souvenir !

Pierre Menton est un survivant et reste éveillé. Il nous informe. Un homme vrai et courageux.

Espérons que l’ouvrage de Pierre Meneton puisse circuler parmi le plus grand nombre ! Il a le grand mérite d’avoir pris date (octobre 2021) pour que nous ne puissions pas dire que nous ne savions pas.

Elie Wiesel, dans un tout autre registre, avait repris la phrase de Sir Winston Churchill : « Tout peuple qui ne connait pas son histoire, est condamné à la revivre… ». Le sens de l’Histoire s’écrit ici et maintenant

 

Lyu van PETEGHEM
15 décembre 2021