NOS ACTUALITÉS

NOS ACTUALITÉS

Devant la catastrophe qui touche le Liban, nous ne pouvons qu’exprimer notre grande tristesse et totale solidarité avec nos amis Libanais qui ont été gravement atteints dans leurs chairs, dans leurs vies et dans leur espérance en un futur meilleur. A l’ATC nous sommes d’autant plus sensibles à cette catastrophe qu’il s’agit d’un « Tsunami urbain » selon l’expression du Professeur Hubert Seillan dans son livre sur l’affaire AZF de Toulouse. L’ATC est fréquemment sollicitée comme source d’expertise scientifique par les médias, les autorités publiques ou judiciaires dans des accidents chimiques comme ceux récents de ROUEN – Lubrisol, de Notre-Dame de Paris ou celui évidemment de l’AZF. Mais avant l’aspect technique et scientifique de l’évènement c’est l’aspect humain qui nous touche en premier. En dehors des liens familiaux que peuvent avoir certains intervenants aux côtés de l’ATC, nous avons depuis 2009 tissé des liens étroits avec l’Université Saint Joseph de Beyrouth où nous avons mis en place un enseignement de Toxicologie Alimentaire et initié une équipe de recherches sur la contamination chimique de populations Libanaises. Etant né à Toulouse et ayant été pendant plus de 10 ans riverain mitoyen de l’usine AZF, je suis d’autant plus sensible à l’inquiétude diffuse de vivre à côté d’un site sensible et après l’accident, à l’inquiétude des dommages éventuels aux membres de sa famille. Quelques minutes après avoir vu les images de la catastrophe, j’étais au téléphone avec mon correspondant de l’USJ pour lui dire que j’avais reconnu la couleur caractéristique de l’explosion du nitrate d'ammonium vue pour AZF à Toulouse. Par-contre les images du « blast » semblable à un champignon atomique, traduisaient un effet décuplé. Evidemment nous sommes de tout cœur avec nos amis Libanais dont nous avions suivi avec grand intérêt (comme anciens de 68) leur « révolution d’octobre » et leurs efforts désespérés pour essayer de reconstruire un pays indépendant et démocratique. Nous souhaitons beaucoup de courage aux enquêteurs qui vont rechercher les causes de la catastrophe en sachant que pour AZF, le vrai enchaînement des faits n’a jamais été révélé, les raisons politiques et économiques ayant prévalu. Les conclusions récentes du procès indiquaient qu’après presque 20 ans d’enquêtes, on n’avait pas identifié la vraie cause de « l’accident ». Nous connaissons par expérience l’immense énergie de nos amis Libanais pour faire avancer les choses et palier par eux-mêmes aux défaillances de leur état. Nous connaissons aussi leur attachement à leurs racines Phéniciennes millénaires et nous serions désolés de voir les jeunes élites très bien formées par d’excellentes structures universitaires, prendre la suite des vagues d’émigrations précédentes. Chers Amis Libanais, nous vous adressons un message de soutien dans cette épreuve et nous sommes prêts à vous fournir l’aide dont vous auriez besoin, en particulier dans les domaines scientifiques, techniques et éducatifs. Pour être concrets nous sommes prêts par exemple à accueillir gratuitement dans nos formations les scientifiques qui en feraient la demande.

 L'utilisation du Gaz lacrymogène CS, ses effets toxiques à plus ou moins long terme.

Le Gaz lacrymogène CS a été longtemps présenté comme Inoffensif pour la Santé. Son Emploi a été justifié comme étant moins Létal et entraînant moins de Traumatisme que d’autres Techniques de maintien de l’ordre. Cependant, dès sa première Utilisation civile, des Cas inexpliqués de Morts ont entraîné de fortes Inquiétudes parmi la Population. Les Effets néfastes tant aigus, qu’à plus ou moins long terme sur la Santé sont évidents et par exemple bien connus officiellement pour les Militaires et les Forces de police.Le nombre d’Etudes recommandant la Prudence, une Restriction, un Contrôle, des Formations ou des Guides d’utilisation de ces Gaz sont nombreuses et les Scientifiques étudiant les Gaz de combat comme le Gaz CS se sont toujours inquiétés de leurs Effets sur la Santé.
L’Augmentation du Recours à ces Armes chimiques dites « moins létales », dans des Proportions de plus en plus importantes et sans Règles d’utilisation bien encadrées juridiquement, entraîne une Exposition à risque pour les Personnels équipés de ces Armes, les Manifestants, et bien entendu la Population habitant les Quartiers exposés…
Certains Etats ou Régions commencent à préconiser des Directives de Protection en cas d’Exposition.
Avec l’Augmentation de l’Utilisation du Gaz CS lors de Manifestations, il devient urgent que les gouvernements faisant usage du gaz CS prennent des Décisions contraignantes allant dans le sens de la Protection de la Santé publique, ce qui ne peut aller que dans le sens des Recommandations de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) et de certaines Organisations Non Gouvernementales (ONG).
Ce dossier collaboratif, très complet, va contribuer à informer le lecteur. Il décrit en détail, les divers effets toxiques à plus ou moins long terme du gaz lacrymogène CS sur la santé.

Télécharger le dossier en version PDF

Alexander Samuel et André Picot. ATC. 

 

TOXICOLOGIE DE L’ARSENIC ET DE SES COMPOSÉS : IMPORTANCE DE LA SPÉCIATION

L’arsenic, connu depuis très longtemps pour ses propriétés toxiques, est utilisé sous diverses formes, et ce depuis l’Antiquité. C’est un élément étonnant, plein de contradictions, il est très néfaste à la vie et en même temps bénéfique. Parmi les applications industrielles actuelles ou passées, on peut citer la lutte contre les prédateurs en agriculture, la réalisation des composants en microélectronique, la fabrication de batteries, la préparation de produits vétérinaires ou médicaux spécifiques, l’industrie du verre, la taxidermie, le traitement du bois, etc. Les risques sont liés aux expositions professionnelle, environnementale et nutritionnelle. Ils sont fonction de la nature du composé, de sa voie d’introduction dans l’organisme, de la dose et de la durée de l’exposition. Comme la spéciation est une notion fondamentale à prendre en considération, il faut, dans le cas de l’arsenic, impérativement distinguer les composés les uns des autres car ils ont des propriétés, des produits de métabolisation, des cinétiques d’excrétion et des effets sur les cellules vivantes très différents.
© 2019 Elsevier Masson SAS.

Télécharger le document en version PDF

Nicole PROUST, André PICOT
EMC - Pathologie professionnelle et de l’environnement 2019;0(0):1-21 [Article 16-002-A-30].

POURQUOI AVOIR PEUR DE L'ALUMINIUM ?

Les vaccins sont utiles pour se protéger de certaines maladies, mais ils ne doivent pas être la source d’effets secondaires indésirables, voire graves pour une partie de la population. Se préoccuper de l’usage de certains adjuvants dans la fabrication des vaccins ne signifie pas que l’on soit contre la vaccination mais la vaccination doit être sûre pour tous, petits et grands.
L’hydroxyde d’aluminium est un gel colloïdal qui contient des nanoparticules sous forme d’aiguilles de petite taille (quelques nanomètres), à comparer à la taille de bon nombre de nos cellules biologiques qui sont autour de quelques micromètres, donc un facteur 1000. La question qui se pose est la suivante : l’adjuvant aluminique peut-il entrer dans nos cellules par suite de sa petite taille ?
Pour éviter certaines complications qui ont été observées pour une partie de la population, ne pourrait-on pas revenir à l’utilisation du phosphate de calcium qui donnait satisfaction, et qui a été abandonné, ou à développer de nouveaux adjuvants non persistants tels que la tyrosine microcristalline.

Télécharger le document en version PDF

Nicole PROUST
Passerelles de l’Yvette n° 94 - Mars - Avril - Mai 2020

 

Notre système immunitaire est là pour nous protéger du virus SARS-Coronavirus-2 (SARS-CoV-2) et de la maladie COVID-19 induite
Mais comment fonctionne-t-il, comment l’aider à se maintenir à un bon niveau de performance?
Des millions de bactéries, virus, parasites et champignons essaient de pénétrer en permanence dans notre corps. Tous ces micro-organismes doivent franchir des barrières pour y arriver. Nos protections sont la peau, les muqueuses du système respiratoire et l’acidité de l’estomac (pH de l’ordre de 1,5). Quand ces obstacles sont franchis, les intrus sont pris en chasse par la « police locale » de notre organisme, le système immunitaire. Notre système immunitaire est donc notre rempart contre les infections, les virus… et chaque jour il peut être très sollicité.
Mais de quoi est fait notre système immunitaire ? Comment fonctionne-t-il ? De quoi a-t-il besoin pour bien fonctionner ? Quels ont les derniers protocoles de prévention de 2020 ? Que faire dans cette période au niveau individuel ?
Lire le dossier 
Notre système immunitaire est là pour nous protéger du virus SARS-Coronavirus-2 (SARS-CoV-2) et de la maladie COVID-19 induite. Mais comment fonctionne-t-il, comment l’aider à se maintenir à un bon niveau de performance?

Devant la crise sanitaire exceptionnelle que nous subissons actuellement (Coronavirus SARS-CoV-2 responsable de la maladie virale COVID-19), il est essentiel de bien comprendre quels contaminants sont filtrés, comment ils sont arrêtés, comment reconnaître le bon filtre (en observant le marquage des masques) en fonction de différentes situations d’exposition, de façon à être protégé efficacement contre une infection potentielle.


Il n’est pas question ici de répéter les recommandations, consignes et obligations largement diffusées par les autorités via les médias, mais simplement de faire le point sur l’efficacité des différents masques disponibles pour lutter contre cette pandémie particulièrement virulente et difficile à contrôler actuellement !

Lire le dossier de l'ATC :

Quel masque pour quelle protection ?

lubritrans
 
Lubrizol : l'incendie
Le 26 septembre dernier, l’usine Lubrizol et les entrepôts de stockages Normandie-Logistic, son voisin, à Rouen prenaient feu.
Depuis, le téléphone de l’ATC ne cesse de sonner, les journalistes appellent par dizaines tous les jours, les articles plus ou moins documentés s’enchainent, nous sommes noyés sous les demandes!
 
Afin de répondre de manière scientifique et indépendante, l’ATC a pris la décision de créer un DOSSIER LUBRIZOL dans lequel nous publierons les derniers avis et commentaires de nos scientifiques.
Cet accès est RÉSERVÉ aux ADHÉRENTS de l’ATC à jour de leur cotisation, et leur permettra de s’exprimer sur le sujet mais aussi de poser leurs questions !
 
Ce dossier est un lieu de débat au sein duquel nos modérateurs veilleront à la bonne tenue des échanges.
 
Si vous souhaitez en savoir plus : Adhérez à l'ATC
 
Jeudi 26 septembre 2019 à 2 h 42... Un important incendie se déclare sur le périmètre de l’usine Lubrizol et dans les locaux de l’Entreprise de stockage Normandie-Logistic, à Rouen.
D'emblée, les stocks de Produits chimiques se sont embrasés, libérant une épaisse fumée noire très suffocante, à l’odeur âcre et persistante.
Des retombées de suies noirâtres se sont abattues sur les quartiers N.-O. de Rouen, entraînant au matin une grande inquiétude de la population.
L’intervention rapide et exemplaire des pompiers a permis dans l’après-midi de stopper la progression de l’incendie... ce qui n’a pas apaisé l’inquiétude de la population, abreuvée
par la préfecture de communiqués plus rassurants les uns que les autres sur la dangerosité de ces fumées... Une thérapie anti-anxiogène « bien huilée » mais, semble-t-il, peu efficace.
N’empêche que plusieurs personnes souffrant de nausées, voire de vomissement et de maux de tête persistants, se sont rendues à l’hôpital.
 
Actuellement, ne disposant pas de données plus précises, nous ne pouvons pas vous donner d’autres informations sur les conséquences qu’aura, à long terme, cet accident qui pour nous est en soi gravissime.
En attendant les résultats des Expertises scientifiques, qu’on espère plus sérieuses que celles liées à l’accident d’AZF (Toulouse), que peut-on dire à l’heure actuelle en tant que
Toxicochimiste ?

D’abord sur la nature des Produits chimiques stockés (Matières premières et Produits finis...) beaucoup d’incertitudes !
Malgré tout, à la lecture des documents en notre possession, on peut globalement classer les Composés organiques (ceux à base de Carbone et d'Hydrogène) en 5 catégories :
  • Les Hydrocarbures classiques, dans lesquels entrent beaucoup de Solvants, dont le Benzène, ainsi que des Carburants...
  • Les Composés organo-halogénés, comme les organo-chlorés, semble-t-il peu abondants... mais attention, le Chlore peut être apporté par diverses structures (par exemple en PVC...),
  • Les Composées organo-azotés, classiques dans de nombreuses Huiles industrielles,
  • Les Composés organo-soufrés qui, beaucoup s’en souviennent (surtout pour l’odeur) étaient passés dans la Nature lors du 1er accident en janvier 2013.
  • Les Composés organo-phosphorés, qui ont particulièrement attirés notre attention, car cette famille renferme des Composés très toxiques, comme les Insecticides organo-phosphorés (Parathion...) interdit par l’Union européenne, sans oublier certains Gaz de combat (Sarin...) composés qui, bien entendu, ne sont pas présents chez Lubrizol !
Tous ces produits, dont beaucoup sont partis en fumée, ont pu inquiéter les personnes intervenant pour maîtriser l’incendie, mais n’ont pas eu, heureusement, d’impact important
sur la santé immédiate des populations environnantes... pas d’effets toxiques aigus, selon la préfecture !
Bien entendu, le Personnel de Lubrizol doit maintenir en permanence sa vigilance, pour être certain que la surveillance de leur atmosphère de travail soit bien contrôlée.
Reste à savoir, ce que la combustion de tous ces Composés chimiques a pu former comme Gaz et Particules qui pourraient, ultérieurement, impacter la santé des populations exposées et contaminer durablement l’Environnement.
Classiquement les Composés hydrocarbonés simples, ainsi que leurs Dérivés contenant de l’Oxygène (par exemple les Alcools, les Cétones...) brûlent en formant du Gaz carbonique
(CO2 formé à partie du Carbone), de l’Eau (issue de l’Hydrogène) et des Particules hydrocarbonées. Ces dernières sont les plus problématiques, car finalement elles vont se
déposer partout sous forme de Suie, dont l’impact sera particulièrement préoccupant pour
les Cultures, le Bétail et les Abeilles...
En ce qui concerne la combustion des Composés organo-halogénés, il va se libérer
l’Halogénure correspondant, qui peut s’intégrer dans la molécule de Composés hydrocarbonés. Ainsi, l’Anion chlorure (Cl–) peut se retrouver dans les Dioxines, dont on
redoute, pour certaines, les effets à long terme sur la Santé.
De leur côté, les Composés organo-azotés vont, après oxydation, former finalement à partir de leur Azote, du Dioxyde d’azote (NO2) un gaz toxique libéré entre autres, par les moteurs
Diésel.
Pour les Composés organo-soufrés, l’oxydation de l’atome de Soufre, va conduire au Dioxyde de soufre (SO2), Gaz très irritant et sensibilisant, qui dans l’air humide va aboutir à
l’Acide sulfurique (H2SO4), l’un des constituants des Pluies acides.
Reste les Composés organo-phosphorés dont l’atome de Phosphore va s’oxyder en Acide phosphorique (H3PO4), un acide minéral faible qui, à chaud (dans les flammes) va perdre
de l’Eau et former de l’Anhydride phosphorique (P2O5), produit irritant à odeur âcre.
Comme pour les Composés organo-halogénés, les Composés organo-azotés et organo-soufrés, peuvent inclure leur Atome respectif dans les Molécules organiques.
Ainsi dans la famille des Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP, constituants préoccupants des Suies, des Goudrons...), l’incorporation d’atomes d’Azote, conduit à des 
AzaHAP, tandis que le Soufre forme des ThiaHAP.
En général, ces Composés néoformés sont reconnus plus mutagènes et plus cancérogènes que la molécule uniquement hydrocarbonée (c’est par exemple le cas du Benzo[a]pyrène).
On peut espérer, qu’on aura la possibilité de rechercher de tels Composés, dans les Suies issues de l’Incendie de Lubrizol.
Sur les Produits minéraux, une certitude : le toit en Fibrociment à base d’Amiante s’est certainement désagrégé sous forme de Particules qu’on peut imaginer nocives.
Pour le reste, en particulier pour les Métaux et à part pour le Zinc (stocké sous forme d’Oxyde de zinc et présent dans de nombreux Lubrifiants) c’est la totale inconnue, notamment pour le Plomb détecté dans les premières fumées. Vu le niveau d’incertitude des données actuellement disponibles, nous pouvons seulement continuer à vous fournir des documents dans lesquels nous vous ferons part de nos hypothèses qui, bien entendu, ne resteront que des hypothèses...
Ainsi va la Toxicochimie... car nous continuerons à rester, avant tout, des Scientifiques en quête de Vérité.
 
Télécharger le dossier d'informations de l'ATC : Dossier N° 18 A2 
 
Vous souhaitez en savoir plus sur le premier épisode Lubrizol de 2013? Vous souhaitez connaitre notre avis sur les analyses des retombées? Adhérez à l'ATC et vous aurez accès au site adhérent ainsi qu'au débat!