DOSSIERS

DOSSIERS

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Oxyde déthylène Fotolia 103426015 XS                                                                  

Propos recueillis par Guillaume Malaurie et Fabrice Nicoline (Le Nouvel Observateur, "Ces bébés qu'on empoisonne" Article du 17 novembre 2011) :

 

Pour André Picot, ancien directeur de recherche au CNRS, l'interdiction de l'oxyde d'éthylène est un impératif catégorique de sécurité sanitaire.

André Picot est toxicochimiste. Il a été le premier Directeur de Recherche de l’Unité de Prévention du Risque Chimique au CNRS. Il est aujourd’hui Président de l’Association Toxicologie-Chimie (ATC) et Expert honoraire auprès de l'Union européenne pour la fixation des normes des produits chimiques en milieu de travail à Luxembourg.

 

  • Que vous inspire le fait que l’on puisse continuer à stériliser des biberons à l’oxyde d’éthylène ?

C’est un total non sens ! Enfin, comment peut-on prendre le risque de mettre dans la bouche des bébés une tétine qui recèle des résidus de substances mutagènes ultra agressives ! C’est en 1994 que le Centre International contre le Cancer de Lyon (OMS) a classé cette molécule dans le groupe 1 des agents cancérogènes chez l’homme1.